Avis / Critiques

[AVIS EN BREF] Benny’s Video, un film inhumain mais virtuose

Après Le septième continent, voilà donc le deuxième volet de la trilogie consacrée à la glaciation émotionnelle. Benny’s Video se veut, une fois de plus, être une remise en question de la famille bourgeoise.

Dans la plupart des films de Michael Haneke, plusieurs ressemblances se répètent. C’est justement le cas dans cette trilogie (celle de glaciation émotionnelle), et tout comme Le septième continent, Benny’s Video n’échappe pas à la règle. Voilà que le cinéaste s’intéresse à une histoire sentimentale virant progressivement au cauchemar, ou plutôt à l’horreur. Haneke vous y fait croire, et tout aussi froidement et violemment que le premier opus. Benny est donc un ado drogué de musique, mais surtout de vidéos (en tout genre). Bref, c’est ce que l’on pourrait appeler un média-addict. Mais Benny trouve un malin plaisir à se délecter de la violence de ces médias. Il finit d’ailleurs par filmer ses propres actes, considérant finalement sa propre vie comme une simple vidéo, un simple film, une sorte de fiction. Il semble petit à petit confondre la vie réelle et virtuelle. Comme dans le premier opus de la trilogie, Haneke ne montre que rarement la violence dans le détail, mais, par l’utilisation judicieuse du hors-champ, parvient tout de même a plonger le spectateur dans un constant malaise.

C’est aussi le climat particulièrement amoral, gênant et pessimiste, qui contribue à la fameuse « glaciation émotionnelle » du spectateur, de plus en plus troublé. Le sujet  est difficile, inhumain et sans chaleur, mais encore une fois, la mise en scène d’Haneke brille de talent.

« Un film inhumain et sans chaleur. »

Chaque séquence, chaque scène, chaque plan même, est travaillé et participe à faire avancer la thèse du film. Les familles aisées modernes deviennent-elles de plus en plus froides et distantes ? Quelles sont les conséquences de ce manque certain de communication inter-familiales ? Quel rôle endossent les médias dans cette absence de communication ? Des questions que Benny’s Video soulève directement, ou indirectement. Haneke montre les faits, les éléments qui pourraient contribuer à une réponse au travers de ce film ardu, qui nécessite un bon système digestif tant il est difficile à digérer ce flux d’insensibilités. Qui aime la réflexion cinématographique y prendra forcément plaisir, et verra en la personne dHaneke un génie, quitte à ne pas en ressortir indemne.

Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s