Les Dossiers

Daniel Day-Lewis : discret mais brillant

Bien que resté discret, et par conséquent dans une certaine pénombre, Daniel Day-Lewis fait incontestablement partie des meilleurs comédiens contemporains. Filmographie sélective.

DDL2

Brillant acteur. Voilà en deux mots comment résumer la carrière de Daniel Day-Lewis. Pourtant, le comédien irlandais n’a semble-t-il jamais connu une notoriété très influente. Adulé par les cinéphiles, certes, il reste pourtant (presque) inconnu aux yeux d’un grand public. Il faut dire que bien souvent, l’acteur a privilégié les films d’auteurs et les films indés, plutôt que les blockbusters. Le crédo de Day-Lewis serait également de favoriser la qualité à la quantité. Il n’a tourné qu’une petite vingtaine de films dont la plupart pourraient se classer au rang des films de grands auteurs. Day-Lewis tourne alors avec Stephen Frears,  Martin Scorsese, Jim Sheridan, et Paul Thomas Anderson. Même si la plupart de ses films n’attirent pas forcément  un grand nombre de spectateurs, Daniel Day-Lewis conquit toutefois les coeurs cinéphiles. Voici donc quelques films clés à retenir dans la carrière de l’acteur, un brillant acteur.

.

■ My Beautiful Laundrette

1986 – de Stephen Frears

Dans My Beautiful Laundrette, le réalisateur Stephen Frears s’en prend aux intolérances (homophobie et racisme). Il raconte l’histoire de deux amants (Omar et Johnny, ce dernier incarné par Daniel Day-Lewis), confrontés à une affaire de famille, de gang et de race. Un petit budget pour les débuts de Frears à la réalisation, et l’occasion à Daniel Day-Lewis de faire ses preuves.

MyBeautifulLaundrette

■ My Left Foot

1989 – de Jim Sheridan

Première collaboration de Daniel Day-Lewis avec le réalisateur Jim Sheridan, My Left Foot raconte la vie de Christy Brown, peintre et écrivain paralytique. Le film permet à Day-Lewis de brandir son premier Oscar, en tant que meilleur acteur.

■ Le Dernier des Mohicans

1992 – de Michael Mann

Après son premier Oscar, la côte de popularité de l’acteur augmente en flèche. Michael Mann l’engage pour son film, Le Derniers des Mohicans (The Last of the Mohicans), un grand film d’aventures où Daniel Day-Lewis se glissera dans la peau d’un blanc élevé parmi les indiens. Ce film culte sera par la suite surtout connu pour l’excellente composition musicale de Trevor Jones.

■ Le Temps de l’Innocence

1993 – de Martin Scorsese

Après le succès du Dernier des Mohicans qui dépassera le million d’entrées en France, Daniel Day-Lewis tourne pour Martin Scorsese. Le Temps de l’Innocence ne dépassera que de très peu les 560 00 entrées en France, mais permettra à l’acteur de retenter plus tard une nouvelle expérience avec l’un des plus brillants cinéastes contemporains.

■ Au Nom du Père

1994 – de Jim Sheridan

Daniel Day-Lewis retourne à ses premiers amours. Il rejoint pour la seconde fois le casting d’un film de Jim Sheridan. Au Nom du Père, un film sur l’histoire moderne de l’Irlande, remportera l’Ours d’or à la Berlinale de 1994 et se verra nommé 7 fois aux Oscars. L’acteur tournera une troisième fois pour Sheridan dans The Boxer.

Au nom du père

Dans Au Non du Père, nommé sept fois aux Oscars, Daniel Day-Lewis interprète un jeune délinquant originaire de Belfast, arrêté par la police londonienne et accusé d’être l’instigateur d’attentats terroristes pour le compte de l’IRA.

■ Gangs of New-York

2003 – de Martin Scorsese

Deuxième collaboration avec le cinéaste Martin Scorsese. Ici, DDL n’a pas le premier rôle, mais n’est pas pour autant en queue d’affiche. Il incarnera un personnage secondaire sanguinaire, dans ce film de pègre historique.

■ There Will Be Blood

2008 – de Paul Thomas Anderson

C’est dans There Will Be Blood que DDL offre peut-être sa meilleure prestation. Il se glisse alors dans la peau d’un chercheur d’or misanthrope et avide de pouvoir. Ce rôle offre directement à l’acteur un deuxième Oscar, amplement mérité.

Grâce à There Will Be Blood, Daniel Day-Lewis remporte son deuxième Oscar en tant que meilleur acteur. Une des plus belles prestations de sa carrière de comédien.

Grâce à There Will Be Blood, Daniel Day-Lewis remporte son deuxième Oscar en tant que meilleur acteur. Une des plus belles prestations de sa carrière de comédien.

Depuis mercredi, Daniel Day-Lewis est à l’affiche de Lincoln, film dans lequel il interprète le célèbre président des Etats-Unis. Il peut donc ajouter à la liste des grands cinéastes contemporains avec qui il a tourné, le nom de Steven Spielberg, qui a réalisé le film. Lincoln lui permet de prétendre à une nouvelle nomination aux Oscars. Si il l’emporte, il pourra lever fièrement sa troisième statuette et sera ainsi le comédien à avoir remporté le plus d’Oscars du meilleur acteur. Réponse le 24 février.

Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s